Publié le

Sur le chemin des ombres : Destination inconnue

La forêt des ombres était plongée dans le noir depuis plus d’une heure maintenant. Les arbres défilaient à vive allure et donnaient l’impression de danser autour du carrosse dans une folle farandole. Le Baron tira le rideau et s’avachit sur sa banquète.

Pour occuper le temps, il se mis à écouter les roues du carrosse creuser leur sillon dans la nuit. Il se rassurait en entendant le galop des chevaux de ses quatre gardes du corps.  Cette cadence régulière lui rappelait que tout allait bien. Il réussit même à s’assoupir légèrement, après tout, il était bientôt arrivé chez la Comtesse. La forêt des ombres n’avait de terrible que sa rumeur. Ses yeux se fermèrent progressivement.

Il n’eut pas le temps de s’assoupir que le convoi s’arrêta brusquement. Que diable se passait-il ? Il entrouvrit les rideaux et constata qu’il était toujours au milieu de la forêt. Il ne distinguait aucune lumière du palais de la Comtesse. Il se leva et tambourina à travers la cloison :

– Cocher, que ce passe-t-il ? Pourquoi t’arrêtes-tu ? Nous ne sommes pas arrivé ! Hurla le Baron.

– Monsieur le Baron, un tronc d’arbre bloque la … Arrrrgggg !

Le cocher n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’une horrible douleur le pris dans l’épaule. Il venait de recevoir une flèche.

– Aux armes ! Nous sommes attaqués ! Protégez le Baron ! Cria le chef de sa garde.

Les quatre gardes se mirent alors en formation serrée autour de la voiture, armes au poing, scrutant les ombres pour deviner d’où viendrait la prochaine attaque.

– Là, un mouvement ! Cria un garde, indiquant un arbre un peu plus massif que les autres.

En effet, une ombre venait de bouger sur la droite. Il n’eut que le temps de pointer son arbalète et d’appuyer sur la gâchette avant qu’une flèche ne jaillisse dans sa direction. Les deux projectiles se croisèrent. Le carreau fini sa course dans le tronc d’arbre et la flèche dans la cuisse du garde, lui arrachant un hurlement de douleur.

Au même moment le cocher repris ses esprits et ordonna d’un grand coup de fouet à ses chevaux de s’élancer en contournant le tronc d’arbre, au risque de renverser la carrosse dans le bas-côté. Instantanément la voiture s’arracha au sol dans un fracas de craquements de bois, de hennissements et de jurons. Le Baron fut projeté contre la cloison et s’effondra sur sa banquette arrière, retour à la case départ.

Le garde se mit aussitôt en mouvement, fuyant ce guet-apens et encadrant la voiture. De la gauche siffla une troisième flèche à travers les airs mais elle ne rencontra pas d’obstacle et disparu dans la nuit.

La voiture perdit un instant l’équilibre, menaçant de se renverser sur le flan, mais le cocher réussi à la redresser et remis le carrosse sur la piste. Le convoi s’engouffrait maintenant aveuglément dans une nuit d’encre. Le sol défilait à vive allure sous les sabots des chevaux, nul ne pouvait savoir à l’avance si un prochain obstacle n’allait surgir.

lire la suite

 

Une réflexion au sujet de « Sur le chemin des ombres : Destination inconnue »

  1. […] Destination inconnue […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.